2019 Audi Q3

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Découvrir Audi le après le renouvellement de ses porte-étendards, Audi s’attaque au gros de sa flotte. Le Q3 et l’A1 devraient permettre à la marque de repartir de l’avant après une année 2017 juste correcte (+ 0,6 % sur ses ventes mondiales).


Q3 Il est temps de grandir Chassé par l’ambitieux Q2 qui n’entend pas rester cantonné au marché des SUV urbains, le Q3 a été obligé de grandir. Audi en a profité pour apporter quelques améliorations bienvenues. Par Florian Chopin, Photos Tobias Sagmeister.


LES INFOS CLÉS

À partir de 32 500 €*

Commercialisation en novembre 2018

Sa cible : BMW X1


Le Q2 est certainement la meilleure chose qui soit arrivée au Q3 actuel. Cela semble pourtant difficile à croire, sachant qu’il lui a piqué bon nombre de clients depuis qu’il a débarqué sur le marché : en 2017, le premier s’est écoulé à 9 752 unités, quand le second n’a atteint que 7 197 immatriculations en France ; à l’échelle européenne, la tendance est respectivement de 81 426 unités contre 76 566.


2019 Audi Q3
2019 Audi Q3

La présentation a été repensée et la qualité fait un bond en avant.

Le Q3 reprend la nouvelle identité des SUV de la gamme Audi avec une calandre 3D octogonale et une grille aux lamelles verticales.

Le système d’info-divertissement passe désormais par un écran tactile de 8,8 ou 10,1 pouces, selon les versions.

Contrairement aux récentes productions plus haut de gamme, le Q3 conserve des boutons physiques pour commander la climatisation.

Le détail qui tue

Cela peut paraître parfaitement anodin de prime abord, mais la forme de la poignée de porte intérieure est intéressante. Outre le fait qu’elle soit élégante et agréable au toucher, elle offre une préhension parfaite au moment de l’utiliser pour sortir de la voiture. Il suffit de peu de chose pour offrir une ergonomie idéale.

Le volant multifonction est proposé de série. En option, il peut être chauffant.

Le Q3 peut recevoir un sélecteur de mode de conduite incluant un mode Off-Road. La boîte robotisée à 7 rapports (S tronic) est disponible avec tous les moteurs de la gamme.

Les compteurs seront numériques. Le mode navigation est toujours aussi impressionnant. La dalle ne fera que 10,25 pouces en entrée de gamme pour grimper à 12,3 pouces sur les versions huppées.

Le hayon offre désormais une forme plus conventionnelle. Il est électrique et pourra être mains-libres et s’ouvre sur un volume de 530 dm3.

Comme souvent, si les places latérales offrent confort et aisance, l’assise centrale servira surtout d’appoint.

Le petit plus du Q3 II, c’est sa banquette coulissante sur 15 cm et ses dossiers inclinables selon 7 positions.

Contrairement à l’actuel Q3 fabriqué dans l’usine Seat de Martorell (Espagne), le nouveau venu sera assemblé à Györ en Hongrie.

Celui qu’il remplace

Présenté au Salon de Shanghai en 2011, ce troisième SUV de la gamme Audi (après les Q7 et Q5) doit venir concurrencer le BMW X1. Fabriqué dans l’usine Seat de Martorell, près de Barcelone, il partage sa base technique avec la première génération du Volkswagen Tiguan. Il sera le seul représentant de la gamme Q à recevoir le label RS, grâce à l’adoption, en 2013, du 5 cylindres 2.5 TFSI proposant 320 ou 367 ch.

Heureusement, le Q2 n’est présent ni sur le marché nord-américain, ni en Chine… Une réussite commerciale qui s’explique par une plus grande prestance de la part du Q2, malgré un déficit en longueur de 20 cm (4,19 m contre 4,39 m), mais également par une silhouette déséquilibrée du Q3 (trop haute, pas assez longue, pas assez large). Matthias Fink, responsable du design extérieur du nouveau Q3, acquiesce : “L’arrière est très incliné et l’avant aussi, ce qui forme un profil en triangle”. Ajoutez à cela un intérieur vieillissant qui ne respire ni la technologie, ni la qualité que requiert son rang de véhicule haut de gamme. Voilà le Q3 rhabillé pour l’hiver…

Malgré tout cela, le Q2 est bel et bien une chance pour le SUV compact de se renouveler de fond en comble. En effet, sans la menace interne de ce petit frère un peu gênant, le Q3 II aurait certainement conservé la base esthétique de l’actuelle mouture. Alors que c’est tout le contraire qui s’est passé. Le nouveau Q3 montre enfin de quoi il est capable et il se place, sur le plan du style, dans la droite ligne de ses homologues de la gamme.

Le premier contact avec le Q3 II ne pouvait ainsi n’être qu’une bonne surprise. Et il l’a été. On retrouve ainsi les nouveaux codes inhérents à la gamme des SUV Audi initiés par le récent Q8 (voir essai p. 38), dont le plusmarquant est la calandre 3D octogonale intégrant une grille verticale. Notez par ailleurs la légère cassure au bord du capot moteur. Un effet rappelant les modèles Land Rover et qui accentue le côté aventurier de l’auto tout en réduisant visuellement la longueur du capot. Les optiques se sont affinées par rapport au modèle que nous connaissions jusqu’ici. Elles arborent une signature lumineuse spécifique. “Je les ai dessinées en pensant au regard de Clint Eastwood dans ses westerns”, avoueMatthias Fink.

Le Q3 II offre une silhouette plus équilibrée et plus musclée

Les dimensions évoluent fortement : cette deuxième génération affiche désormais 4,49 mde long (+ 9,7 cm), 1,87m de large (+ 2,5 cm), et 1,59 m de haut (- 0,5 cm). Cela change radicalement la silhouette de l’auto qui offre désormais des proportions plus équilibrées. “La lunette arrière est toujours inclinée pour donner du dynamisme, mais nous avons repositionné le pare-brise pour qu’il tombe sur l’axe des roues avant”, explique le designer. C’est subtil, mais notable. Ce qui estmoins subtil, ce sont les ailes généreusement gonflées. Cela donne l’impression d’avoir ajouté un kit carrosserie à la voiture. Notre designer du jour assume parfaitement l’effet : “Nous voulions transformer une autoun peu timide en ajoutant du muscle.” Les lignes sont toujours aussi saillantes. Pour les stylistes Audi, c’est lamarque de la précision allemande. Soit, mais pourquoi retrouver le même procédé chez Seat ou Skoda? Et pourquoi Mercedes préfèret- il jouer avec des courbes? Audi semble de nouveau tomber dans une routine qui pourrait finir par lasser.

Le hayon n’est désormais plus autoclave. Il offre un design plus conventionnel, séparant en deux les feux qui disposent d’une signature lumineuse similaire à celledes phares.L’ouvrant sera électrique et pourra être mains-libres. On n’en attendait pas moins…En revanche, les échappements visibles sont factices. C’est devenu une habitude, même pour les versions sportives.

Poursuivons notre tour du propriétaire par l’habitacle. Là aussi, les équipes de designont eudupain sur la planche. L’instrumentation-numérique fait bien sûr son apparition, mais la dalle proposée de série ne fera que 10,25 pouces. Il faudra piocher dans la liste des options (ou choisir une version huppée) pour obtenir la version 12,3 pouces. Même constat pour l’écran tactile de l’info-divertissement : si de base, il offre une diagonale de 8,8 pouces, le haut de gamme proposera une version de 10,1 pouces. En revanche, dans les deux cas, l’encombrement sur la planche de bord sera lemême. Ce seront les deux seuls écrans disponibles à bord. En effet, contrairement aux modèles récemment présentés (A8, A7, A6 ou encoreQ8), leQ3 n’aura pas de pavé tactile pour gérer la climatisation ou encore écrire la destination pour la navigation. Toutefois, plutôt que d’intégrer les commandes de la climatisation dans l’écran tactile, Audi a choisi de conserver des commandes physiques facilement accessibles via des molettes. Au rayon qualité, difficile de faire une comparaison Si au lancement, les moteurs sont classiques (voir ci-dessous), des versions hybrides (légère via une batterie 12V, et rechargeable) sont au programme.

entre les deux générations, tant le gouffre est important. L’ancien prend un sacré coup de vieux. Le nouveau venu se rapproche des canons établis par ses grands frères. Le Q3 est enfin une vraie Audi.

À l’arrière, les passagers disposent d’un espace tout à fait convenable, aussi bien au niveau des jambes que de la garde au toit. Les caves à pieds sont parfaites, même si le conducteur aime être assis au plus bas. Mais ce nouveauQ3 va encore plus loindans le confort proposé: la banquette est coulissante sur 15 cm et le dossier (fractionnable 40/20/40) est inclinable selon 7 positions. Cette modularité permet de faire varier le volume du coffre (sous tablette) de 530 à 675 dm3. Dans sa configuration la plus faible, c’est 70 dm3 de mieux que l’actuel Q3.

Plus encombrant, plus spacieux et un peu plus lourd

Ces éléments supplémentaires, associés à un encombrement accru, auraient dû se traduire par une envolée de lamasse. Selon Audi, il n’en est rien : les ingénieurs nous affirment qu’à version et motorisation équivalente, le Q3 II n’affiche que 80 kg de plus que son prédécesseur. Cela sera délicat de le vérifier, car si les motorisations sont équivalentes (les puissances évoluent), la dotation en équipements progresse. Ainsi les feux sont désormais à LED, avec la possibilité d’opter pour un système à faisceaumatriciel. Le régulateur adaptatif est disponible avec la boîte à double embrayage à 7 rapports. L’assistant au stationnement semi-automatique vous épaule dans les manoeuvres, tout comme la caméra 360° ou l’alerte de sortie de stationnement. Le Q3 II dispose également du freinage automatique d’urgence avec détection des cyclistes et des piétons, ainsi que de l’aide au maintien dans la voie de circulation. La plupart de ces éléments ne seront toutefois disponibles qu’en option. Pour la partiemécanique, le Q3 repose enfin sur la plate-forme modulaire MQB et privilégiera les blocs essence aux moteurs diesel (voir tableau p. 13). La boîte à double embrayage sera désormais à 7 rapports et, comme la transmission intégrale, elle sera proposée avec tous les moteurs (de série ou en option).Dans un premier temps, aucune version hybride (légère ou rechargeable) n’est prévue, mais Audi sera peut-être plus loquace à l’occasion du Mondial de l’Auto (du 4 au 14 octobre), lors de la première mondiale du nouveau Q3.

L'avis de Florian Chopin Le Q3 devient enfin une véritable Audi, et il le doit, en grande partie, à l’arrivée (et à la réussite commerciale) du Q2. Au-delà de son esthétique plus équilibrée, il est plus accueillant, mieux fini, plus technologique. Bref, tout ce qu’on attend d’une Audi moderne.

Si au lancement, les moteurs sont classiques (voir ci-dessous), des versions hybrides (légère via une batterie 12V, et rechargeable) sont au programme.

Le nouveau Q3 change tout, et pour une fois dans une Audi cela se voit, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Les dimensions du Q3 II ont fortement évolué, mais c’est en reculant la baie de pare-brise que l’engin a vraiment changé de stature.

Le nouveau Q3 sera disponible, selon les moteurs, en simple traction ou en version intégrale Quattro. Point de roues arrière directrices au programme.

Responsable du design extérieur, Matthias Fink a soigné le détail jusque dans la signature lumineuse évoquant le regard de Clint Eastwood.

L’ajout de certaines lignes a permis de muscler de façon ostentatoire les flancs pour donner plus de prestance au Q3 sur la route.


Comments (0)

There are no comments posted here yet

Our Drive-My EN/UK site use cookies