Dovizioso des’imposersursesterres, Marc Marquezassurantlasecondeplacequ’occupait Jorge Lorenzoavantdechuteràtroistoursdel’arrivée.

P onsson, l’invitécontroversé TitoRabatblessé,l’équipeAvintiaadécidédefaireappelà ChristophePonssonpourremplacerl’ancienchampiondumonde Moto2.Lechoixdu Français n’apasmanquédefairegrincer desdentsdanslepaddockdeMisano.Ilestvraiquelepedigree dugarçon,âgéde22ans,estplutôtmince.«Jesuisjeune,mais j’ai pas mal d’expérience,assure-t-il. J’ai roulé en Superstock, enBSB,enMondialSuperbike...»Ajoutonsàcelasaparticipation àdesépreuvesenchampionnatsdeFranceetd’Espagne.Suffisant pourprétendreàunguidonenMotoGPsansmêmeavoirparticipé àlamoindreséanced’essaisenamont?Sûrementpas,adéclaré Marc Marquez lors de la conférence de presse du jeudi après- midi:«Onadéjàditparlepasséquepourfaireunecourseen MotoGP,ilfautunminimumdeniveauoudecarrière.Débarquer enMotoGPgrâceàl’argent,cen’estpasbien.Noussommesdans le meilleur championnat au monde. Je sais que certains n’ont d’autresmoyensquedefairevaloirleurargent,maisçan’estpas unebonnechosepourlasécurité.»Mêmesondeclocheducôté deValentinoRossi:«PiloterenMotoGPpourlapremièrefois lorsd’unweek-enddecoursen’estpasunesuperidée.Ilyatant dechosesàdécouvrir.»Pourjustifiersonchoix,lepilotelyonnais sedéfendcommentilpeut.«LeteamAvintiadevaitremplacer Rabatetiln’avaitpasbeaucoupd’optionscartouslespilotessont actuellementsouscontrat,avance-t-il.Surlaliste,ilyavaitMike Jones,quiadéjàcouruàdeuxreprisesavecAvintia,etmoi.


651321.jpg


NouscouronsensembleenEspagneetnoussommesàégalitéde pointsauchampionnat.Ilnem’abattuqu’uneseulefoisàla régulièreetjesuisunpeuplusjeunequelui.Lefaitquejeparle espagnolaaussipeut-êtrejoué...»Quoiqu’ilensoit,leplateau MotoGPestimeàlamajoritéqu’ilseraittempsquelepromoteur du championnat délivre une Super Licence comme cela se fait en Formule1.«Nousnepouvonsaccepterquen’importequicourt enMotoGPsousprétextequ’iladel’argentpours’offrirunGrand Prix,s’emporteAleixEspargaro.Pourlui,celavaêtretrèsdifficile d’être compétitif en seulement trois séances. Mais c’est assez pourcauserundésastre,aveclesfreinsencarbone,Presque trois cent chevaux et une piste qui est peut-être même nouvelle pour lui... » Par chance pour Christophe Ponsson, le circuit de Misano est l’un de ceux qu’il avait déjà eu l’occasion d’emprunter en Superstock. Parvenant à se glisser sous labarredescentseptpourcentdutempsdelapole,leFrançais parviendraàsequalifieravantdefinirlacourseen23eposition à un tour du vainqueur. « J’ai eu énormément de choses à découvrirentrèspeudetemps,maisl’expériencen’apasété inintéressante,commenteChristophe.Au-delàdesfreinscarbone etdelapuissancedumoteur,c’estlarigiditéducadrequi m’a dérouté. C’était aussi la première fois que je roulais avec des Michelin. J’ai pris la course comme une longue séance d’essais, j’ai découvert l’évolution du comportement de la moto avec l’allégement du réservoir, la dégradation des pneus... J’ai beaucoup appris et je ne suis pas tombé, ce qui était l’objectif. J’espère maintenant faire mieux à Aragon. »

Zarco, entre frustration etrésignation

MisàpartsachuteauQatarenmars2017,cellecetteannéeauMans etsapanned’essenceauGrandPrixdeSaint-Marinl’andernier,Johann Zarcoapeut-êtredécrochécettesaison,surcemêmecircuitdeMisano, sonplusmauvaisrésultatdepuissesdébutsenMotoGP.Dixièmeàvingt- septsecondesduvainqueur,lepiloteTech3asubi,commelesautrespilotes Yamahaqui,pourtant,bénéficientdeleurcôtéd’évolutionsauniveaudela gestionélectroniquedeleurmoteur.Pastrèsbienpartidelatroisièmeligne, ledoublechampiondumondeMoto2afaitunepetiteerreurendébutde course,rétrogradantendouzièmeposition.«J’étaispourtantplutôtbienaux essais, j’avais un bon feeling avec la moto, explique-t-il. Malheureusement, quandonrouleaveclesautresetquelespneuscommencentàsedégrader, iln’yaplusrienàfaire.Tusorsduvirage,tuaccélèresaumêmemoment eteuxs’envonttandisqueturestessurplace.QuandBautistam’adoublé, jenepouvaisabsolumentrienfairepourlereprendre.J’aiparfoisenvie dedescendredelamotopourcouriràcôté.»Résigné,Johannnepeut queconstaterque«lessaisonss’enchaînentmaisneseressemblentpas».

Toutefois,sionl’avaitsentidansledouteenAutriche,çan’apasétélecasà Misano.«Onnepeutrienfairedeplusaveclematérieldontnousdisposons. Onnesaitplusquoifairesurlamoto,onatoutessayé.Onn’apaslasolution. Ilfautaccepterqu’aujourd’huionnejouepasdanslamêmecatégorie.» CommepourRossietViñales,lafindesaisonrisqued’êtrelonguepourZarco.

Dainese  voit grand

Depuis cette saison, tous les pilotes de Grands Prix doivent impérativement rouler avec une combinaison équipée d’un airbag. Tous les fabricants n’étant pasenmesurededéveloppercettetechnologie,certainsontdécidédefaireappel àDainesepourmettreauxnormesleurséquipements.C’estlecas,entreautres, de Furygan, Mugen Race et IXS. C’est pour répondre à leur demande que la marque italienne déplace dans le paddock MotoGP deux remorques à étage, l’une dédiée aux 18 pilotes Dainese et AGV, et l’autre à ceux pour lesquels la marque de Vicenza assure le rôle de sous-traitant. On y trouve des séchoirs pour les cuirs, le système de recharge et de contrôle des airbags, ainsi qu’une zone de détente. «Oncentraliseaussitouteslesdonnéesquenousdéchargeonsdescartes-mémoire aprèschaqueséanced’essaisetchaquecourse,préciseCarloPettinato.Cesont ellesquinouspermettentdecontinueràdéveloppernossystèmesdeprotection.»


92.jpg


Bagnaia mouline, Quartararo patine

ContrairementàMarcoBezzecchipartiàlafauteenMoto3,Francesco Bagnaia(photoci-dessus)nes’estpasprislesrouesdansletapissurle circuitdeMisano.SurlapisteoùlabandeàRossis’entraîneàlongueur d’années, le leader de la catégorie Moto2 a flambé. Auteur de la pole position, le pilote du team Sky VR46 a mené la course du premier au derniertourpourpasserlaligned’arrivéeavectroissecondesd’avancesur sesdauphins.«C’estpeut-êtrelaplusbellecoursedemavie,confiaitPeco àl’arrivée.J’airéussiàprendreseptdixièmesd’avancedanslepremier tour,etj’aiensuitepucontrôlerl’écartenl’augmentantquandjel’aivoulu. Gagnerdecettefaçondevantsonpublic,c’estjustefabuleux.»Derrière, MiguelOliveiraasauvélesmeublesenparvenantàs’imposerdevantMarcel Schrotter.EnlimitantlesdégâtsdanslejardindeBagnaia,lepiloteKTM conservetoutesseschancesdanslacourseautitre,d’autantquel’an dernier,lafindesaisonavaitétélargementàl’avantagedel’équiped’Aki Ajo.Quatrièmesurlagrille,FabioQuartararo(n°20,àd.)est,lui,passésous ledrapeauàdamierduGPdeSaint-Marinen7eposition,derrièreLorenzo BaldassarietdevantBradBinder.«Çan’estpaslerésultatquej’attendais, déploraitleNiçoisquiasouffertduranttoutleweek-endd’unetendiniteau poignet.Enfait,çan’estpastantladouleurquim’ahandicapéquelemanque d’accélérationdemamoto.Jeperdaisénormémentdetempsàlasortie desvirageshuitetdix.»Auxessaisdéjà,l’équipeSpeedUpavaiteudu malàtrouverlebonbraquetpouraidersonpiloteàtirersonépingledujeu.

Yamaha dans l’impasse

Unpeucommedesotages,lespilotesdelamarqueégrènent désormaislesjoursetlescoursesquis’écoulentdepuisleurdernière victoire.C’étaitenjuin2017auxPays-Bas.Celafaitdoncvingt-deux GrandsPrixquelaM1n’aplusgagné.Uneséquenceaussilongue quecellequeYamahaavaitconnueilyavingtans,àchevalsur lessaisons1997-1998.Encoreunweek-endsansvictoireetl’usine d’Iwatafêterasapluslonguedisettedepuissonretourenclasse reineen1973.Depuisdeuxans,RossietViñalesseplaignentd’une moto qui manque de motricité. Les ingénieurs japonais ont modifié àdemultiplesreprisesleurpartie-cyclepourfinalementrevenir à une version proche de celle que Rossi et Lorenzo utilisaient en 2015.L’équipedeLinJarvisaparailleursrecrutéunélectronicien réputépourfaireévoluerlagestiondesonmoteur.RossietViñales s’accordentpourdirequ’ilyaunpetitmieux.Maisdetouteévidence, celanesuffirapasàcomblerleretardqu’afficheaujourd’huilaM1 surlaHondaRC213VetplusencoresurlaDucatiDesmosedici.En 2013,MasaoFurusawa,l’anciengrandpatronduR&D,avaitprévenu sessuccesseursqu’ilsiraientdanslemurs’ilsnedéveloppaientpas unnouveauprojet,lemoteurutiliséaujourd’huiparRossietViñales datant de 2004, année de l’arrivée de Valentino chez Yamaha. Face auxV4delaconcurrence,lequatre-cylindresenlignedelaM1est enboutdecourse.Au-delàdel’architecture,ilyauraitcertainement des choses à modifier dans sa conception pour le rendre plus performant.C’estentoutcascequecertainsavancenteninterne.

Fini les tricheries”

«Voilà,c’estofficiel:dèsl’anprochain,l’IMU(Inertialmeasurementunit), soitlacentraleinertielleetlescapteursquiendépendent,ferapartiede l’ensembledelagestionélectroniquecontrôléeparladirectiontechnique duchampionnatMotoGP.ToutlemondeutiliseradonclamêmeIMU, etc’estunebonnenouvellecarcettecentraleinertielleétaitsourcede tricheriesauniveaudelagestionmoteur.L’IMUesteneffetunélément trèscomplexepossédantunemémoireprogrammablecomparableàcelle d’un ordinateur, et donc capable de modifier ou d’interpréter certaines informationsavantdelesenvoyerversl’ECU(Electroniccontrolunit).

Cesinformations“modifiées”pourraient,defait,avoirunimpactsurles performancesdelamoto.L’IMUn’estpasqu’unsimplegyroscopequi, paruneformulemathématique,calculel’angle,l’accélérationetla  décélérationdelamotoparrapportausol.Ilpeutaussirecevoird’autres informationsmesuréessurlamoto.Ainsi,unanglethéoriquecalculé peutêtremodifiéviaunalgorithmedecalculprenantencompted’autres facteurs/coefficientsprovenantdecapteursdemesureinstallés surlamoto.Unrésultat“dopé”peutainsiêtreenvoyéàl’ECU.Bien entendu,toutceciestinterditparlerèglement.AvecunIMUunique, lestricheriesnedevraientpluspouvoirêtreneserait-cequ’envisagées. Seraitalorsferméeuneportequiétaitouverte...grandeouverte.»