Les voitures d’octane

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Acheter, conduire et entretenir. Bruits mystérieux. C’est arrivé comme ça. Un jour, la ’Stang marche sans encombres, le lendemain un bruit irritant sort des suspensions avant. Pas juste un gazouillement occasionnel, mais un grincement incessant provoqué par le moindre défaut de la chaussée.

Une recherche sur Google m’a appris que c’est un phénomène courant sur les premiers modèles, c’est le “couinement Mustang”. Il peut provenir de plusieurs endroits sur les suspensions et en identifier la source est très difficile, même en demandant à quelqu’un de secouer la voiture tandis que vous passez la tête en dessous.

Le bruit venait du côtéconducteur, alors j’ai levé la voiture et enlevé la roue avant. Couvrir de graisse la rotule inférieure n’a rien changé, cela devait donc venir des pivots du triangle supérieur, assemblé sans besoin de lubrification, ou du support de ressort. Ce dernier est une plate-forme miniature qui pivote au sommet du triangle supérieur pour recevoir le ressort. Sans points de lubrification, il dépend de l’élasticité des silentblocs.


Les voitures doctane

Grâce à la fantastique disponibilité des pièces pour Mustang, on peut désormais acheter des triangles avec graisseur intégré et des supports de ressorts qui pivotent sur roulements. Ces derniers sont relativement onéreux, mais durent éternellement et il paraît qu’ils améliorent le confort et les sensations dans le volant, car tout le poids de la voiture repose sur ces supports, et les pièces standard ont tendance à frotter sous la charge.

Le seul autre problème que j’ai eu en 4 000 km de balades ensoleillées venait du moteur qui tourne trop froid depuis que je l’ai achetée. Il y a 3 options de température pour le thermostat de la Mustang (160, 180 et 198 °C) et celui qui était installé était le 160, sans doute pour survivre à l’été californien, où elle a vécu pendant presque 50 ans. J’ai expérimenté avec un 195, mais celui-ci fait trop chauffer le V8, le 180 était donc le bon et la voiture consomme désormais 13,5 l/100 km, ce qui me semble correct pour un V8 298. J’ai été amusé de remarquer que la durite de thermostat est la même pour tous les V8 Ford de 1948 à 1989, le rationalisme de la marque est remarquable !


Comments (0)

There are no comments posted here yet

Our Drive-My EN/UK site use cookies